Dachau
 


 

Au printemps de 1933, les nationaux-socialistes triomphants choisirent ce coin perdu pour y établir un de ces lieux de tortures et d'exécutions qui deviendra le K.L. Dachau. Il servit à la fois contre les adversaires du nouveau régime, socialistes, communistes, monarchistes bavarois, juifs, nazis dissidents, et aux ennemis personnels des membres de la nouvelle caste dirigeante. Dachau, organisé d'emblée par la S.S., devint le modèle des camps du système concentrationnaire.

Jusqu'en 1943, le nombre des Français avait été extrêmement restreint : quelques dizaines venus du Nord, arrêtés dès 1941 et transférés à Dachau par Auschwitz et Mauthausen, et quelques prisonniers ou S.T.O. arrêtés en Allemagne sous des prétextes variés. En juin, un premier convoi de plusieurs centaines de Français arrive à Dachau. Le 2 juillet 1944, un convoi partait de Compiègne avec plus de 2000 détenus. A son arrivée, le 5 juillet, il y avait plusieurs centaines de morts. C'est le fameux "train de la mort".

Au moment de la libération par les armées américaines, le 29 avril, il ne figurait guère sur les listes que : 3000 Allemands, 12 000 Polonais, 6000 Soviétiques, 6000 Français, presque autant d'Italiens, 2000 Tchèques, 1500 Slovènes, plusieurs centaines de Norvégiens, Danois, Belges, Hollandais et Grecs, onze Anglais, un Albanais, quelques Suisses et Espagnols.

En automne 1944, à la suite d'un accord négocié entre les autorités hitlériennes et les plus hautes instances ecclésiastiques, tous les prêtres catholiques, allemands et étrangers, détenus dans les camps de concentration, furent réunis à Dachau où deux blocks entiers, le 26 et le 28, leur étaient réservés. En 1944, le block 28 abritait encore près de 800 ecclésiastiques polonais (sur les 2000 qu'ils étaient à l'origine). Les prêtres des autres nationalités, parmi lesquels 300 Allemands, se partageaient trois "chambres" du 26, la première chambre étant transformée en chapelle.